Success stories AEI Aurore

Aurore CASSAR, V.I.E. (Volontariat international en entreprise) chez Airbus en Allemagne, Promotion 2010/2011

 

Qu’avez-vous appris et que vous ont apporté vos études en tant qu’étudiant LEA au Mirail ?

 Elles m’ont davantage appris un mode de penser et de faire que des techniques, exception faite de la traduction et autres points particuliers.

En plus du contenu des cours, nous avons surtout appris à travailler en groupe, à délivrer des travaux dans les délais impartis, à communiquer. En bref les outils pour évoluer dans une entreprise, quelle que soit la nature du travail demandé.


Quels stages avez-vous effectués lors de votre cursus LEA ?

 En L3: Création d’un système de veille économique à Intespace (Toulouse)

En M1 et M2 : PMO (project management office) des projets Clean Sky et SESAR à ATR (Blagnac) 

Avez-vous eu l’occasion de partir à l’étranger lors de votre cursus universitaire (Erasmus, stages…)?

 Oui : Erasmus à l‘Université de Cagliari. Très bonne expérience !

Quelle est votre situation actuelle ? Et quel est votre projet professionnel pour les années à venir ?

 Ma situation actuelle: Je suis en V.I.E. chez Airbus à Hambourg. Je suis project and account manager. Je suis chef du projet d’intégration informatique du siège social d’EADS à Airbus Toulouse, et fais en sorte que mes « accounts » (dans ce cas, filiales d’Airbus, en Europe et à Dubaï) aient les services informatiques adaptés à leur besoin et soient facturés dans les temps, de manière à respecter les contraintes budgétaires en interne.

Ma mission se terminant en janvier, je suis en ce moment à la recherche d’un emploi en Allemagne. Je souhaite prolonger mon expérience à l’étranger.

Quel conseil donneriez-vous aux étudiants souhaitant suivre la même formation?

Choisir les stages selon la carrière désirée. C’est un point à ne surtout pas négliger quand on sait que la formation LEA est généraliste, et qu’ils constituent souvent les seules expériences possibles à exploiter pour une première recherche de job. Il faut se donner un profil qui soit attractif pour un recruteur, et qui permette de se démarquer face à une personne qui a étudié à l’IAE ou dans une école de commerce. Pour une candidature en France et en particulier en région toulousaine, où le Mirail n’a pas forcément bonne réputation par rapport à d’autres établissements, c’est essentiel. De plus cela créé un cercle vertueux : une entreprise satisfaite d’un étudiant du Mirail tendra à revoir son opinion, et cela jouera en faveur de l’université et des étudiants à venir.